Histoire de Loubeyrat

Loubeyrat est une commune rurale située à 6 km de Châtel-Guyon, dans les Combrailles, et au nord du parc régional naturel des volcans d’Auvergne. La commune, dont la démographie atteint son premier pic au début des années 1880 avec plus de 1200 habitants, est lourdement touchée par l’exode rural, avec une population d’environ 600 habitants dans les années 1980.

De nos jours, le nombre d’habitants retrouve le niveau de la fin du XIXème siècle avec plus de 1300 habitants. Le nom Loubeyrat, qui apparaît pour la première fois en 1157 sous la forme Lobairac, viendrait du latin luparius, qui donne la légende selon laquelle Loubeyrat serait, à l’origine, un lieu où l’on trouve des loups.

Le patrimoine bâti de Loubeyrat est riche et composé de quatre monuments principaux : l’ancienne église paroissiale romane, aujourd’hui “salle de La Fabrique”, la chapelle Art Déco des soeurs infirmières, l’église paroissiale actuelle la “Cathédrale des Montagnes”, et le Château de Chazeron. Ces deux derniers monuments sont notamment protégés au titre des Monuments historiques.

L’ancienne église paroissiale, dite “salle de la Fabrique” de nos jours, de style roman est sans doute érigée au XIIème siècle. Elle connaît par la suite des modifications aux XVème et XVIème siècles. Ce n’est qu’au XVIIIème siècle que l’on retrouve la trace de l’ancienne église dans les documents officiels. Elle connaît des réparations à la fin du XVIIIème siècle. Considérée comme trop petite par rapport au nombre de paroissiens (plus de 1000) et dans un état de délabrement certains, de grands travaux sont lancés pour sa rénovation au milieu du XIXème siècle, qui restent inachevés à cause du début de la construction d’une nouvelle église paroissiale.

L’ancienne église, désacralisée, devient un garage automobile dans les années 1970, avant d’être restaurée et de devenir la “salle de la Fabrique » (salle de mariages).

L’église Saint-Jean-Baptiste, aussi appelée « cathédrale des Montagnes », est l’église paroissiale actuelle de Loubeyrat. Sa construction est initiée puis dirigée par le curé Guilloux entre 1869 et 1875, avant d’être consacrée en 1882. Le financement de cette église est à l’origine assuré le don de 25 000 francs à la paroisse, fait par un “généreux donateur”, dont le nom reste encore aujourd’hui inconnu. Les habitants de Loubeyrat participent activement à la construction de l’église, que ce soit financièrement ou physiquement. Bâtie tout en pierre de Volvic, la cathédrale des Montagnes est de style néogothique, avec de nombreuses ouvertures, fermées par des vitraux d’une grande qualité, le plus souvent offerts par des habitants de la commune ou des alentours. En 1856, le curé Gouilloux, avec deux femmes issues de la commune, Marguerite Gardarin et Annette Pélissier, créent la communauté des Petites sœurs infirmières des campagnes. Le but de cette association caritative est de venir en aide aux plus démunis. La communauté devient congrégation en 1872, et perdure encore aujourd’hui. La chapelle des sœurs-infirmières est bâtie en 1936 dans le style Art Déco. Le château de Chazeron est, avec la « cathédrale des Montagnes », le site patrimonial principal de la commune.

L’église est inscrite en 2000 aux Monuments historiques.

Le nom Chazeron vient du patois « casa ronda », définissant la présence d’une maison ou d’une fortification circulaire. La première construction qui apparaît sur ce site serait un édifice défensif en bois, daté du Xè ou XIè siècle. Un premier château en pierre est bâti à la charnière du XIIè et du XIIIè siècle. Le château est rebâti à la fin du XIVè siècle par Oudart V, puissant seigneur de Chazeron. C’est au XVIIè siècle que le château prend, sous l’impulsion de François de Monestay, l’allure que nous connaissons aujourd’hui. L’ancien château est largement remanié: le donjon est détruit et deux grandes ailes sont bâties.

Le château demeure dans la même famille jusqu’en 1909, date à laquelle il est vendu. Il passe de propriétaires en propriétaires tout au long du XXè siècle, et est largement pillé.

Durant la Seconde Guerre Mondiale, les accusés du procès de Riom, parmi lesquels les anciens présidents du Conseil Édouard Daladier, Paul Reynaud et Léon Blum, sont enfermés pendant environ 6 mois à Chazeron. Il est racheté en 1965 par les architectes Roger Bruny et Michel Mange Matin. Une longue période de rénovation, qui se poursuit encore aujourd’hui, commence alors. De nos jours, la château est toujours propriété de la famille Bruny.

Le château est classé aux Monuments historiques en 1944

Découvrir Loubeyrat